Flora Tristan: De la nécessité de faire bon accueil aux femmes étrangères

Martine Reid

Resum


Dans son traité De la nécessité de faire bon accueil aux femmes étrangères (1835), Flora Tristan (1803-1844), l’écrivaine française qui adopte l’état psychologique d’une étrangère dans son propre pays, traite de la situation des femmes “étrangères” qui voyagent seules en France et/ou commencent une nouvelle vie dans le pays, en particulier à Paris. Politiquement engagée auprès des plus défavorisés à partir du socialisme, Tristan propose la création d’une association pour ces femmes. En assimilant les deux groupes d'"étrangères” (nationales et non nationales), car elle pense que le même type d’accueil doit être fourni à toutes, Tristan préconise l’aide à la voisine nécessiteuse, voisine qui est à la fois un sujet national ou un sujet en transit, une femme sans-papiers ou une réfugiée.

Paraules clau


Flora Tristan, De la nécessité de faire bon accueil aux femmes étrangères, littérature et immigration, littérature et socialisme, femmes voyageurs au XIX siècle

Text complet:

PDF (Français)


DOI: http://dx.doi.org/10.1344/

Enllaços refback

  • No hi ha cap enllaç refback.


Creative Commons License

EDITEN: GRC Creació i Pensament de les Dones (Universitat de Barcelona) i GRC Cos i Textualitat (Universitat Autònoma de Barcelona)

RCUB revistesub@ub.edu Avís Legal RCUB Universitat de Barcelona